Généalogie ou pas ? 

Mais avant d'aller plus loin hommage à mes géniteurs photographiés en 1929 ( je n'étais pas né ) à une foire exposition à Royan.

Aimez-vous la généalogie ? Mais est-ce vraiment faire de la généalogie que de chercher la signification de son nom? en fait dès le début en 1957 mon souci a été de savoir non pas pourquoi je m'appelais Morel , mais pourquoi je m'appelais Morel à L' Huissier .Première réponse des vieux jurassiens :"vous savez dans le temps il y avait tellement de Morel dans Morbier et ses environs qu'il fallait bien les différencier" ( c'est ainsi que Morel-Sceytoux ne doit pas s'écrire Morel sait tout ! dans les temps anciens un sceytoux était un faucheur donc on a associé une profession à un nom ) mais à l'Huissier ? il y avait bien l'huissier fabricant d'huis ! pas de fabricant d'huis dans mes ancêtres ...l'huissier comme on le connaît maintenant n'a pas toujours existé et je n'en trouvais pas dans mes ancêtres alors j'ai continué à remonter le temps....et je pense avoir trouvé.Voulez-vous en savoir plus ?

pour avoir la réponse cliquez ici
Ci-dessous quelques documents de départ

Histoire de la profession d'huissier

Dans Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Huissier_de_justice#Histoire

L'huissier est le lointain successeur des executores de l'antiquité, qui étaient chargés d'appliquer les décisions des juges.

La profession de ce qui s'apparente aujourd'hui à celle des Huissiers de Justice se retrouve dès l'Antiquité. A cette époque, sous la pax romana, nos ancêtres avaient recours à ce qu'ils appelaient des officiales afin de faire appliquer les décisions des juges.

Suivant leurs fonctions, les officiales avaient des titres différents. Parmi eux, on retiendra les apparitores et les executores. Les premiers avaient pour mission de rassembler le peuple lors des jugements, d'introduire les justiciables et d'assurer la police des audiences. Les seconds procédaient aux saisies des biens des débiteurs ou à des " contraintes par corps " par lesquelles le créancier se faisait payer en emprisonnant son débiteur.

Les invasions barbares mirent fin à la pax romana et la justice privée réapparut.

C'est ensuite au Moyen Age que les différentes juridictions qui émergèrent, qu'elles soient seigneuriales, écclésiastiques ou royales, eurent besoin d'une diversité d'agents assermentés ayant une autorité suffisante pour faire exécuter leurs décisions.

C'est ainsi que les officiales romains devinrent sergents et huissiers. Les sergents qui s'occupaient plus particulièrement des significations dans les juridictions seigneuriales, devaient mettre en forme les demandes des plaideurs et exécuter les décisions rendues par les juges. Les huissiers, quant à eux et dont le nom vient de " l'huis ", la porte, avaient la mission du service intérieur des audiences et de la police des tribunaux.

Progressivement, les huissiers devinrent les officiers des juridictions importantes tandis que les sergents furent relégués aux juridictions de second ordre. Si le coeur vous en dit, vous pouvez aller faire un tour Sur le site officiel de la profession en cliquant ici

La Justice, attribut essentiel du pouvoir, se rendait alors sous la bannière de la multiplicité. Les lois se personnalisèrent selon qu'elles furent royales, seigneuriales, ecclésiastiques ou communales.

Pourtant, dans toutes ces différentes juridictions, une certaine unité permettait de représenter le pouvoir. Pour cela, il fallait des agents jouissant d'une autorité incontestée.

Nos officiales romains furent alors transformés en bedeaux, serviens, semonceurs (les semonces étaient les ancêtres des exploits, les actes d'aujourd'hui), puis en sergents et en huissiers.

Les sergents devaient mettre en forme les demandes des plaideurs et exécuter les décisions rendues par les juges, mais ils s'occupaient plus particulièrement des significations dans les juridictions seigneuriales

Les huissiers (dont le nom vient de "l'huis", la porte) sûrs et attentifs, avaient la charge du service intérieur des Audiences et de la police des tribunaux. Puis, progressivement, les huissiers devinrent les officiers des juridictions importantes tandis que les sergents furent relégués aux juridictions de second ordre.

Leurs compétences s'élargirent, et il devint de plus en plus difficile de tous les regrouper en une seule catégorie.

 

Historique de mes recherches

1957 je profite de mon passage à l'école d'optique de Morez pour aller faire un tour ( à pieds) à la mairie de Morbier ,je dérange le secrétaire de Mairie qui me promet de jeter un oeil sur les Morel à l'Huissier et m'expédie le document ci-dessous

1981 je m'inscris au CEGFC ( Centre d'entraide généalogique de Franche-Comté ) après avoir cotisé de Janvier 1981 à Janvier 1984 je comprends que je n'aurai pas avec cette entraide la réponse à mon problème

1995 je veux informatiser mes recherches , je fais l'achat de "Arbre généalogique de Personal Soft", ce logiciel me donnera satisfaction jusqu'au jour ( courant 2002 ) où par suite d'erreurs dans le transfert sur mon nouvel ordinateur je perds toutes mes données. ce sont ces données qui sont actuellement visible sur notrefamille.com

1998 Avril,jeune retraité je mets à profit mon temps libre pour aller aux archives départementales de Lons le Saunier pour ceux qui voudrait m'aider ci-dessous un tableau inventaire de ce qu'il est possible de consulter, c'est durant cette visite que l'on me donne le nom d'un spécialiste du Jura qui se trouve à Nîmes Mr Lucien Ruty

B= baptème
M = mariage
S= sépulture

1998 quelques visites chez Mr Ruty , historien, généalogiste, écrivain me permettent de "moissonner" un bon nombre de Morel à l'Huissier et ceci renforce ma motivation.Je profite de l'occasion pour remercier Mr Ruty et vous conseille la lecture de 2 de ses livres: "Les comtois de la liberté"et "Les sept vies du Burgonde" livres parus aux éditions Cabèdita

2001 mise en service de ma généalogie première version. Vous pouvez le découvrir sur : http://ma-genealogie.org/jean-morel

2003 je décide ,suite à la perte de mes données ,de reprendre tout à zero avec le logiciel PAF ( Personal ancestral File version 5) c'est le logiciel gratuit des mormons téléchargeable et téléchargé sur Internet

2004 n'étant pas satisfait de la présentation réalisées avec les logiciels connus surtout dans le cadre d'une présentation sur Internet ,après moultes essais je réalise MA présentation perso sur mon site perso. Cliquez ici pour la voir

La bonne orthographe: un sujet qui concerne les Morel à l'Huissier
Question-réponse

Cette semaine, une question de Thierry Decugniere :"En effectuant des recherches sur 400 ans je me suis aperçu que mon patronyme a évolué en sa forme actuelle à cause d'erreurs de retranscription. Quelles démarches dois-je entreprendre pour reprendre le patronyme d'origine: de Cuignieres?"

La réponse par Jean-Louis Beaucarnot:

Encore une fois il n'y a pas de "bonne" et de "mauvaise" orthographe, en matière de nom de famille. Mais des orthographes dominantes (qui peuvent varier selon le temps - et le lieu - et surtout les rédacteurs d'actes), des formes déviantes, des variantes, des formes originelles, anciennes et modernes, des orthographes logiques et d'autres aberrantes...

Pour faire valoir ses droits sur une orthographe ou forme particulière, il faut pouvoir prouver, par des documents authentiques, un usage constant de la forme en question, ce qui est en fait rarement possible.  

Assez bavardé maintenant on y va

essai de présentation classique cliquez ici Nouveau le 13/01/2004
essai de présentation à ma façon cliquez-ici
Pour ceux qui voudraient posséder une version papier avec tous les Morel à l'Huissier sur un seul tableau cliquez ici
Pour ceux qui voudraient situer le territoire des "à l'Huissier" je vous propose une carte cliquez-ici

voulez-vous voir quelques photos jaunies par le temps? cliquez ici
voulez-vous voir quelques lettres de 1932 jaunies par le temps? cliquez ici

voulez-vous vous initier à la généalogie en trois clic ?

clic N° 1 c'est ici

clic N° 2 c'est ici

clic N° 3 c'est ici

voir mes photos de voyages

retour sommaire

voir la microminéralogie